mairie.buffieres@wanadoo.fr   English version Version française

Dès l'an 510, un écrit mentionne l'existence de la « Villa Bufferia » et les Chartes de l'abbaye de Cluny abondent depuis l'an 910 de donations et ventes de propriétés réalisées en ce lieu, alors érigé en « Vicaria » (la viguerie), siège où était rendue la « basse justice » et dépendant du Pagus « Matisconensis » Mâcon.

Durant les premiers siècles de notre ère, la propriété foncière est essentiellement forestière ; puis Buffières comptera de nombreuses seigneuries jusqu'en 1377. C'est alors que des ennemis détruisirent la maison forte qu'occupait le damoiseau « Jean de Buffières ».

Les archives et terriers d'une famille de notaires royaux résidant à Buffières aux 16 et 17ième siècles nous révèlent que les domaines se morcelèrent en une multitude de propriétés indépendantes, dont la plus importante appartint au Seigneur de la Guiche jusqu'à la Révolution.

En 1701, le rôle comportait 97 propriétaires, et les vignes et les terres labourables l'emportaient largement sur les prairies. Malgré épidémies et disettes, l'essor fut constant tout au long des 18ième et 19ième siècles et la population était, en 1880, de 900 habitants, dont 200 enfants scolarisés.

Le commerce et l'artisanat vivifiaient le pays avec hôtels, restaurants, cafés, épiceries, boucherie, forgeron, charcutier, sabotier, tailleur, etc. Cinq moulins étaient en activité alors que cinq foires annuelles et un marché hebdomadaire facilitaient les échanges.

La guerre et l'exode rural ont tout remis en question, mais Buffières, heureusement, saura, tout au long du 20ième siècle, conduire les mutations nécessaires à son avenir, qu'il s'agisse d'agriculture, de commerce, d'artisanat ou de tourisme estival.

Historique de l'église de Buffières

Top
infos site Internet   Copyright © 2011-2018 Buffières